Le montage du Djembé - Lexique

Accueil > Guide djembé > Le djembé

LEXIQUE

L’aller
- C’est la distance de corde de tension verticale qui relie - en remontant - le cercle inférieur au cercle supérieur de tension.

L’arrondi
- Partie dure qui vas amortir la frappe de la main. Il est donc conseillé de lui donner une forme arrondie afin d’amoindrir la violence de l’impact.

La bordure
- Sommité (rebord, arête) de la cuve du djembé sur laquelle la peau vient prendre appui. Cette bordure sera plus ou moins arrondie en fonction de l’épaisseur du bois. L’arrondi de la bordure est très important puisque le confort de frappe dépend de sa qualité.

Boucle de départ
- Sert de butée pour démarrer le laçage de la corde de tension, puisque cette boucle ne peut coulisser entre les ponts. Elle sert aussi de pont final puisque l’on y fait passer le dernier aller/retour.

Cercle
- Tige de métal arrondie et soudée pour former un cercle servant à la tension du djembé.

Cercle inférieur
- Cercle placé à la jonction du pied et de la cuve. Il permet de tendre la peau en servant de point d’appui. Doit être assez étroit pour rester le plus horizontal possible lors du tirage, mais il doit aussi être assez large pour permettre d’intercaler une plaque de métal protégeant le bois et d’atteindre l’intérieur du cercle afin de le souder correctement.
On le soude généralement directement sur le djembé à cause de la forme évasée du pied qui ne permet pas d’enfiler le cercle jusqu’à son emplacement définitif.

Cercle intérieur ("supérieur intérieur")
- Cercle que l’on enferme à l’intérieur de la peau avant de le placer sous le cercle supérieur.

Cercle supérieur ("supérieur de tension")
- Cercle habillé de ponts qui sera ensuite posé sur la peau où est emprisonné le cercle intérieur, qui servira au maintien et à la tension de la peau sur le djembé.

Clés de tension
- Tressage effectué entre les verticaux afin d’augmenter la tension sur la peau du djembé.

Corde de tension
- cette corde appelée aussi drisse est d’une longueur variable (entre 15 et 20 mètres sur la plupart des djembés). Relie le cercle extérieur et le cercle du bas en passant dans les ponts que l’on a tressé les anneaux de corde que l’on appelle des ponts. En tirant cette corde on impose une tension à la peau augmentant ainsi la qualité de sa raisonnante.
Il est conseillé d’utiliser une corde ou drisse pré étirée pour éviter que la peau ne se détende trop rapidement.

La cuve
- Définie la partie supérieure du djembé en forme de saladier sur laquelle on tend la peau.

Échine
- Partie de la peau qui protège la colonne vertébrale de l’animal. Particulièrement visible sur la peau de chèvre, cette partie est plus épaisse que le reste de la peau.

Encoche
- Trou dans la peau à l’aide d’un outil pour perforer le cuir, d’un couteau ou d’une lame de rasoir.

Encoche de butée
- Saignée faite sur le levier point d’appuis à la râpe ronde servant à bloquer le coulissement de l’anneau de corde de l’étarqueur le long du manche du levier.

Étarqueur
- Poignée en métal en forme de ballon de rugby utilisée en planche à voile, fendue sur sa longueur et qui coince la corde que l’on y introduit.

Habillage
- Entourer le cercle de tissu (esthétique et efficace contre la rouille), mais aussi - et surtout - de ponts de corde tressés tout autour du cercle qui permettent la tension de la peau.

Jonction (ou jonction pied/cuve)
- Partie du djembé où se rejoignent le pied et la cuve de l’instrument

Le lacet
- Longueur de corde servant à faire les différents laçages en fonction des montages.

Levier
- Longueur de bois dur solide qui sert à tirer les djembés. Il y a plusieurs sortes de leviers soit en bois soit en métal et plus ou moins sophistiqués. Nous utilisons deux sortes de leviers en bois : le levier pivot et le levier point d’appui.

Mou
- Terme utilisé pour imager le fait que la corde ou la peau n’est pas tendue et qu’il reste de la matière non étirée.

Le pied
- Partie allongée et creuse prolongeant la cuve du djembé et évasée sur la partie reposant sur le sol.

Pince autobloquante
- Cette pince généralement utilisée par les plombiers permet de serrer un objet, un écrou (ou dans notre cas une épaisseur de corde) en bloquant la pression de la pince sur l’objet et donc de pouvoir lâcher la pince qui restera toute seule en place.

Ponts
- on appelle ponts les anneaux de corde tressés sur les cercles du haut et du bas et dans lequel on enfile la corde de tension
Il est impératif de faire exactement le même nombre de ponts sur les deux cercles.

Le retour
- C’est distance de corde de tension verticale qui relie - en descendant - le cercle supérieur de tension au cercle inférieur.

Séchage
- Période d’environ six à sept jours pendant laquelle la peau se débarrassera de toute l’eau. Opération plus ou moins longue selon la température ambiante et le taux d’humidité.

Tension définitive
- on emploi ce terme pour expliquer le fait de tirer à l’aide d’outils la corde de tension. On dit aussi « tendre les verticaux »

Tirer
- Tirer un djembé consiste à tendre la peau en tirant la corde de tension soit avec un levier, soit en faisant des clés de tension une fois la tension au levier faite.

Verticaux
- Nom que nous donnons aux aller retours que fait la corde de tension en reliant les ponts du bas et ceux du haut du tambour. Nous nommons les verticaux qui remontent vers le cercle du haut du djembé « l’aller » et les verticaux qui descendent vers le cercle du bas « le retour »

Vriller
- Telle une serpillère qu’on essore, une corde est vrillée lorsqu’elle s’enroule sur elle même. La corde pré étirée perd de sa résistance en vrillant, à l’instar de la corde tressée.