Le montage du Djembé - Tension et clés

Accueil > Guide djembé > Le djembé

5/ MISE EN TENSION ET ACCORDAGE DE L’INSTRUMENT

Une fois votre Djembé monté, et la peau séchée, il est temps de terminer la tension de la corde. Cela permet de répartir la pression sur tout le tour du djembé. On appelle cette opération "tirer le djembé".

La peau animale n’est pas faite pour supporter une tension de plusieurs centaines de kilos. Plus on recherche un son aiguë et sec, plus il faut tirer le djembé, et plus le risque de casse augmente.

Comptez sur une durée de vie moyenne d’une année pour une peau dont la tension est régulièrement entretenue, mais il est acquis qu’une peau peut rompre après quelque mois, semaines, voire quelques jours. Bien que le choix d’une peau de qualité permette de limiter le risque, ne soyez pas surpris lorsque votre peau cède.

La technique utilisée en Afrique ne nécessite que quelques outils, que vous rassemblerez à côté de vous :

- Une pince étau
- Un tournevis plat
- Un marteau
- Un levier (spécifique selon la méthode choisie)

Le tirage

Nous avons choisis de vous présenter les deux méthodes les plus courantes :

  • Technique du levier pivot

Avant toute chose : vous devez concevoir votre levier à l’aide d’un manche rond en bois dur et résistant d’environ 55 cm de long, de 4 cm de diamètre.


Il peut être taillé en pointe et poncé à une extrémité pour faciliter le passage sous le cordage.

- Coucher le djembé puis s’asseoir à califourchon sur son pied.

- Prendre le levier main gauche et l’introduire, sur un tiers de sa longueur, de la gauche vers la droite, sous le deuxième retour que vous rencontrerez (le premier retour - bloqué par la boucle de départ - ne permet pas de démultiplier l’action du levier).

- Tirer vers soi le manche du levier, qui devra pivoter dans le sens des aiguilles d’une montre (sur un axe défini par l’emplacement de la corde sur le levier).

Si vous avez encore beaucoup de mou dans la corde empêchant d’accéder à la force de tension recherchée, enroulez le trop plein de corde autour du manche, puis tirez de nouveau sur le manche de votre levier.

- Bloquer la corde juste après son passage dans le pont supérieur à l’aide de la pince autobloquante, faire coulisser le trop plein de corde jusqu’au retour suivant, enrouler la corde du nouveau retour autour du levier, puis tirer à nouveau le manche vers soi.


Astuce : placer sur votre gauche le retour sollicité pour permettre à votre pied de pousser sur l’autre extrémité du levier et ainsi optimiser l’action des mains.

N’oubliez pas de mettre votre pince auto bloquante pour empêcher la corde de glisser le temps que vous prépariez la tension du prochain retour avant de relâcher la pression sur votre levier.

- Recommencer cette opération pour chaque retour (lorsque la corde redescend vers le cercle inférieur) jusqu’à l’ultime aller-retour (dans la boucle de départ).

- Penser à bloquer la corde de tension au-delà du dernier aller-retour car pour que ce système d’utilisation du levier soit efficace il est impératif d’avoir une résistance aux deux extrémités de la longueur à tendre.

- Le dernier retour qui passe dans la boucle de départ doit terminer sa course dans le même pont d’où il provient avant de commencer à faire les clés de tension qui vous permettrons de peaufiner l’accordage de votre djembé.

  • Technique du levier point d’appuis

Pour cette technique, en plus du matériel vu précédemment, se munir d’un étarqueur, et l’équiper d’un anneau de corde.
Le levier fait ici de 90cm à 1 mètre de longueur, en bois très résistant, et le diamètre de sa poignée est de 3 cm. Le diamètre de l’autre extrémité peut être plus épais et doit être taillé en biseau afin de pouvoir prendre appuis sur la jonction entre le pied et la cuve du djembé. Il faut ensuite faire une encoche de butée a 13 cm de l’extrémité biseautée et profonde de 0,5 à 1 cm environ.

Cela servira pour stopper la descente le long du manche du levier de l’anneau de corde que l’on a mis sur l’étarqueur (plus l’encoche sera près du biseau plus le manche tirera fort mais attention, il peut être difficile de bien doser son effort ensuite pour ne pas casser la corde de tension.)

- S’asseoir sur une chaise, coucher le djembé par terre devant soi, et commencer la tension.

- Placer le début du laçage devant soi et installer l’étarqueur à quelques centimètres du cercle du haut en y introduisant la boucle de mou que l’on aura auparavant amené jusqu’au deuxième retour après le début du laçage.

- Introduire le levier dans l’anneau de corde de l’étarqueur, placer la partie biseautée du levier sur la jonction pied/cuve du djembé, en installant l’encoche de butée face à soi.

- Tirer le levier vers soi tout en poussant sur la cuve du djembé avec ses pieds, ce qui impose à la corde une très forte tension.

- Coincer le levier derrière son bras, et placer la pince autobloquante sur la corde de tension juste après le pont du haut.

- Faire coulisser le mou de corde jusqu’au retour suivant, et recommencer l’opération - placer l’étarqueur, puis le levier, tirer, mettre la pince autobloquante, ainsi de suite, pour chaque retour, sur tout le tour du Djembé.

- A la fin du tour, et afin d’empêcher la corde de se détendre, faites passer le reste de corde entre les deux premiers verticaux, et la cuve du djembé au plus près du cercle du bas afin de la bloquer.

Vous pouvez alors enlever la pince, et passer à l’accordage.

L’accordage du djembé

La peau animale se détend toujours un peu donc il est nécessaire de maintenir la tension de la peau en croisant les verticaux entre eux deux par deux, et ainsi leur imposer des virages en lacet qui augmenteront la pression sur la peau : c’est ce qu’on appelle les clés de tension (ou carreaux).

A noter qu’il est préférable d’entamer la confection des clés de tension en allant dans le même sens que le laçage de la corde de tension.
Également, il est important de faire les clés de tension le plus bas possible, le plus près des ponts du bas. Plus les virages imposés aux verticaux par les clés seront serrés au plus bas, plus la tension sera efficace.

- Commencer par faire passer le reste de la corde de tension entre la cuve du djembé et le premier aller-retour du laçage de votre djembé.
- Revenir en arrière en passant par-dessus le dernier des deux verticaux sous lequel vous êtes au préalable passé
- Réintroduire le reste de corde entre eux afin de venir chercher par dessous le premier des deux verticaux.
- Tirer sur la corde pour que les deux verticaux se croisent.
- Recommencer à volonté jusqu’à obtenir le son désiré.

Concernant la corde de tension passant dans la boucle de départ, vous allez croiser l’aller pour finir le premier tour de clés de tension.

Si vous aviez à entamer un deuxième tour de clés, utiliser cette fois le retour pour faire la première clé de tension.

C’est presque terminé : même si votre peau a été rasée avec soin, il est prépondérant de rendre la surface de frappe lisse et douce en la grattant pour enlever tout ce qui pourrait agresser votre main lorsque vous allez jouer.

Il faut donc la poncer avec du papier de verre ou de la toile émeri (ne poncez jamais la peau avec une machine, le risque de la fragiliser est trop important.)

Ça y est, votre djembé est prêt !
Et vous ?